Accueil du site
Accueil / LES EXPOSITIONS / Le cabinet des Arts graphiques / Demeure de rêves, carnets de Jean-Pierre Blanc
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

LES EXPOSITIONS

Demeure de rêves, carnets de Jean-Pierre Blanc

Page en construction, merci de votre compréhension 

« Le livre dont j'écris ici les premières lignes, j'aimerais qu'il devienne quelque chose comme une mémoire - donc une fiction - rêveuse, qu'il soit une traversée d'images, de souvenirs, d'instants, qu'il ressemble à la rêverie à laquelle s'abandonne le dormeur éveillé, avant que l'excès de clarté n'y mette fin. Il sera bien temps alors d'affronter le jour. » J.-B. PONTALIS

C'est une invitation au voyage au pays des lieux d'existence, des lieux d'être, un voyage au pays de nos amours.
Proust se réveille et se souvient de ces demeures où il a aimé exister et où il n'est plus, hanté de leur présence rêvée, de leur perte, de leur manque. Et le dormeur éveillé se met en route à la rencontre de Bachelard, Max Dorra, Pascal Quignard, J.-B. Pontalis, Michel Schneider, Shakespeare - Freud...- de Gérard de Nerval, Rimbaud ou Verlaine, de Chopin, Haendel ou Schubert. Car la musique jalonne ce parcours, cette "petite phrase bouleversante au cœur d'un être", ces variations, passacailles et chaconnes ou mazurka opus posthume, cette musique "qui dit peut-être le tout en ne disant que le rien."
Et le voyage s'achève sur le réveil du dormeur, sur la fin de ce rêve "mis en fuite par ce pâle signe qu'avait tracé au-dessus des rideaux le doigt levé du jour."
Lors de ce voyage entre les langues, entre le réel et son image, entre les images et les mots, entre la musique et le silence, entre littérature et poésie, entre philosophie et psychanalyse, entre veille et sommeil, entre sommeil et rêve, quelque chose peut-être se sera entrebâillé, cet entre-deux, pour que "l'espace apparaisse et que le temps devienne sensible."


Du 4 au 30 juin 2009

| | |